Début du printemps

Begin van de lente

Je suis fermier... mon exploitation se situe dans la plaine des wateringues, à Vieille-Eglise. Je m'y plais bien. Les terres sont bonnes et je suis à la fois à la campagne et à la mer. Mon père et mon grand-père cultivaient déjà ces terres avant moi. Je me lève très tôt... au plus tard à 6h. Ma femme a préparé le café, un café comme je l'aime, avec de la chicorée dedans. Je mange un morceau mais déjà je songe à ma journée. Ma première préoccupation ce sont mes chevaux... j'en ai huit : de beaux chevaux, des Boulonnais et des Traits du Nord, forts et durs à la tâche... En caressant Quetty, je pense à ce qu'il y a à faire, aux ouvriers qui vont arriver, à ce que je vais leur donner comme travail. Je dois penser à tout, ne rien oublier. Il y a tant à faire en ce début de printemps. Ce matin, il y a de la brume, le vent souffle encore et il fait froid mais sec. Je vais faire labourer les champs près de la sécherie, cette année je vais y planter de la chicorée. Les quotas sont bons et être patron-sécheur est un plus pour ma famille et moi.

Ik ben boer ... mijn boerderij is gelegen in de vlakte van de wateringues, in Vieille-Eglise. Ik voel me hier goed. Het land is vruchtbaar en ik ben tegelijkertijd op de buiten en aan zee. Mijn vader en grootvader hebben dit land al voor mij bewerkt. Ik sta heel vroeg op ... uiterlijk om 6 uur. Mijn vrouw heeft koffie gezet, zoals ik hem graag drink, met wat cichorei erin. Ik eet wat, maar overdenk al mijn dag. Mijn eerste zorg zijn mijn paarden ... Ik heb er acht: prachtige paarden, Boulonnais en Traits du Nord, sterk en volhardend ... Terwijl ik Quetta aai bedenk ik wat er te doen is. Ik denk aan de arbeiders die zullen aankomen, aan wat ik hen als werk zal geven. Ik moet aan alles denken, niets vergeten. Er is zoveel te doen in dit vroege voorjaar. Vanmorgen is er mist, de wind waait nog steeds en het is koud maar droog. Ik zal de velden bij de ast laten ploegen, dit jaar wil ik daar cichorei planten. De quota zijn goed en eigenaar zijn van een ast is een pluspunt voor mij en mijn gezin.






Mijn familie in Lichtervelde

Ma famille à Lichtervelde

Vandaag zijn we naar cinema De Keyser geweest. Er was veel volk op de Markt. De kinderen zijn met ons mee geweest. Ze waren alle drie heel blij met dit kleine uitstapje. En ze hebben het verdiend ! Elke dag gaan ze flink naar school. Ze doen heel goed hun best. Ik ben fier op mijn kinderen... Trouwens, we hadden zelf ook deugd van een dagje ontspanning. Onderweg, aan de accordeonfabriek, zagen we Eugène een nieuwe accordeon inspelen. De kinderen waren verrukt ! Hopelijk blijft de accordeon altijd met ons dorp verbonden. Aan de cinema heb ik mijn vriend Pierre gezien. Naar het schijnt kan je in Frankrijk, over de schreve, in het noorden, mooi geld verdienen. Er zijn daar veel asten waar cichoreiwortels worden gedroogd. Ik ben eigenlijk wel nieuwsgiering om eens te gaan kijken wat dat daar is. Hier is het werk dun gezaaid... Maar hoe zal ik mijn vrouw overtuigen ? Zo'n campagne is zwaar en duurt drie à vier maanden en ik moet daar constant blijven. Zij zal de zorg voor onze kinderen alleen moeten dragen. Dat zal voor haar ook niet simpel zijn : zorgen dat ze er elke dag piekfijn bijlopen, en dan nog thuiswerk doen, duivenringen opsteken voor Demster of Haspeslagh. Maar laatst nog zei Raphaël, mijn andere maat, dat ik echt de geknipte man ben. Hij zal me uitleggen wat ik moet doen en we zouden samen kunnen gaan. Een extra cent zou zeker welkom zijn ....

Aujourd'hui, nous sommes allés au cinéma De Keyser avec nos trois enfants. Les occasions sont rares de sortir en famille mais je profite de chacune d'elles. Je suis fier d'eux, tous les jours ils partent pour l'école où ils font de leur mieux pour se construire un avenir. Ils ont quand même bien mérité une distraction... Moi aussi d'ailleurs! Un monde fou déambule sur la grand-place. Sur la route nous apercevons Eugène jouant de la musique devant la fabrique d'accordéons. J'espère que l'accordéon sera toujours lié à notre village! Les enfants sont ravis. En arrivant devant le cinéma j'aperçois mon ami Pierre. En discutant avec lui, il m'apprend qu'au nord de la France, il y a du boulot pour les personnes qui ne rechignent pas à la tâche et ça paie bien. On y trouve beaucoup de sécheries pour l'exploitation des racines de chicorée. Je serais curieux d'y aller. Ici les occasions de travailler se font rares et la paye est misérable. Ma femme ne me laissera jamais partir. Une campagne dure en général 3 à 4 mois, parfois plus. Comment persuader ma femme? En plus elle devra prendre soin de nos enfants seule, s'occuper de la maison, piquer les bagues des pigeons... Un camarade, Raphaël Desmacq, me dit un jour : "Tu sais, Albert, tu es vraiment l'homme qu'il faut ! Si tu veux je t'explique comment ça marche, je t'emmène et on y va ensemble, tu verras on va gagner de l'argent..."

Mai, c'est l'époque des semis

Mei, het seizoen om te zaaien

Le temps passe vite... déjà le mois de Mai ! Je crois bien que nous n'aurons plus de gel. Je vais commencer le semis de mes chicorées. Avec mes terres sablonneuses, je suis sûr du résultat. Les racines seront bien droites et faciles à récolter. Quetty va m'être encore bien utile... elle a le pied sûr et elle est calme et obéissante. Pourvu qu'il pleuve un peu dans les jours qui viennent ! Dès que les graines auront levé, il faudra que je recrute des saisonniers... quelle misère! Choisir, c'est difficile et puis j'y comprends rien au baratin de certains, ces espagnols, italiens ou polonais venus chercher du travail chez nous. Mais y'a pas à dire, ils sont courageux ! Heureusement, car j'ai besoin de bras même si tout le village est déjà dans les champs, femmes et enfants compris... car il faut détaper avec les braquettes, éclaircir à la main et à genoux les plants, enlever les mauvaises herbes avec la rasette... L'ouvrage ne manque pas ! La chicorée, ça rapporte! C'est pour ça que mon père a fait bâtir la sécherie dans les années 20. Elle a brûlé dans les premières années mais Papa l'a fait reconstruire. Il était fier d'être patron-sécheur et moi aussi. Je fais sécher mes racines mais aussi celles d'autres fermiers du secteur... Faut dire aussi qu'il y a une soixantaine de sécheries aux alentours, des petites et des grosses... On travaille aussi pour Leroux, le gros torréfacteur d'Orchies. A nous tous on cultive environ 2000 ha! Mais il y a aussi tout le reste, les céréales, les betteraves, les pommes de terre... et les bêtes! Dur métier que le nôtre !

De tijd vliegt ... het is al mei! Ik denk dat het nu niet meer zal vriezen, tijd dus om mijn cichorei te zaaien. De zandgronden zorgen zeker voor een goeie opbrengst. De wortels zijn recht en gemakkelijk te oogsten. Quetty zal weer erg nuttig voor me zijn ... ze heeft een vaste tred en ze is kalm en gehoorzaam. Het zou goed zijn als het de komende dagen een beetje regent! Zodra de zaden ontkiemen, zal ik seizoensarbeiders moeten aanwerven ... wat een ellende! Kiezen is moeilijk en ik begrijp niets van het taaltje van sommige Spanjaarden, Italianen of Portugezen die hier werk komen zoeken. Maar moedig zijn ze zeker ! Gelukkig zijn ze er, want ik heb extra mannen nodig, zeker nu het hele dorp al op de velden werkt, inclusief vrouwen en kinderen ... De plantjes moeten immers uitgedund worden en de aarde verlucht met een harkje, op de knieën en met de hand wordt het onkruid verwijderd met een handschoffel. Er is altijd werk... Maar cichorei loont ! Dat is de reden waarom mijn vader in de jaren 1920 onze ast liet bouwen. In de eerste jaren is hij afgebrand, maar vader liet hem heropbouwen. Hij was een trotse eigenaar van de ast, en ik ook ! Ik droog de wortels van mijn eigen oogst, maar ook die van andere boeren in de sector ... In de omgeving zijn er ongeveer zestig asten, kleine en grote... We werken ook voor Leroux, de grote branderij van Orchies. Samen bewerken wij ongeveer 2000 hectare. Uiteraard telen wij ook andere gewassen, granen, bieten, aardappelen. En dan zijn er nog de dieren ! We hebben een harde stiel !







Klaarmaken voor vertrek met de andere seizoensarbeiders

Préparation du départ avec d'autres saisonniers

We hebben lang getwijfeld, maar de knoop is doorgehakt. Er zijn wel veel discussies geweest... Ik moet wel toegeven dat de seizoenarbeiders hier ook geen goede naam hebben, ze zouden te veel drinken en vrouwenlopers zijn... Maar ik ben niet zo. Ik vertrek omdat we het geld goed kunnen gebruiken... Ik ben beginnen werken toen in veertien jaar was. Eerst in het vlas en later bij het spoor. Als ik zie wat ik met zo'n cichoreicampagne kan verdienen, mag ik niet langer twijfelen. Ik ben naar Café De Zwarte Leeuw geweest. Daar worden kandidaat-seizoenarbeiders via een chef-asteman voorgesteld aan de Franse patrons. Die chef vormt dan een ploeg waar hij de hele campagne voor verantwoordelijk is. Zo heb ik René, een Franse eigenaar van een ast, voor de eerste keer gezien. Morgen is de grote dag. Ik heb frans geld klaarliggen. Moeder heeft mijn baluchon gemaakt en hem opgevuld met allerlei proviand. De banden van mijn fiets zijn opgepompt, want we moeten toch een hele route doen. Gelukkig ben ik niet alleen. We hebben afgesproken aan het station in Lichtervelde.

Nous avons hésité longtemps, mais nous avons fini par trancher. Ma femme est d'accord avec moi : le travail de saisonnier à Vieille-Eglise est contraignant et l'éloignement va être difficile pour toute la famille mais nous n'avons pas d'autre choix. Ce sacrifice profitera à nous tous. Je suis allé au café du Lion Noir à Lichtervelde. C'est là que les saisonniers belges peuvent être mis en relation avec les patrons sécheurs français par l'intérmédiaire d'un contremaître belge. Celui-ci s'occupait de créer l'équipe dont il allait être responsable durant toute la campagne. C'est là que je rencontre René le patron sécheur, pour la 1ère fois. Demain c'est le grand jour. J'ai déjà de l'argent français. " Maman " a rempli mon baluchon de vivres et les pneus de ma bibyclette sont gonflés. La route sera longue jusquà Vieille-Eglise mais heureusement je ne suis pas seul. Nous avons tous rendez-vous à la gare de Lichtervelde. Je me suis marié en 1956 et j'ai fait ma première campagne en 1957. Il y a eu une grosse dispute à la maison, car ma femme ne comprenait pas que je parte aussi longtemps sans revenir alors qu'on était tout juste mariés ! Il faut dire que les saisonniers belges avaient mauvaise réputation en Belgique, on les disait buveurs et coureurs de jupons. Ce n'était pas mon cas. J'y suis allé pour l'argent parce que ça rapportait vraiment. J'ai commencé à travailler à l'âge de quatorze ans dans le lin puis aux chemins de fer. Je savais ce qu'on m'offrait pour une campagne de chicorées, il n'y avait pas photo il fallait y aller.




Onderweg naar Vieille Eglise

La route vers Vieille Eglise

Waaw ! Wat een dag ! Het begon al aan het station. We waren zeker met een vijftigtal astemannen om te vertrekken. Het afscheid met moeder en de kinderen viel me toch wel zwaar...moeder was sterker dan ik ! We vertrokken met een goed gevulde baluchon op onze rug. Die was gevuld met een broek, schoenen, sokken, een hemd, een kort rokje, een hoed, chocolade, karamellen, tabak, koffie, aspirines, een kruis en leren bandjes. In Tourcoing was het een echt zottekot. Seizoenarbeiders kwamen van heinde en verre om hun werkpapieren in orde te brengen. Er was extra personeel ingezet om alles in goede banen te leiden. Al wie in de buurt van Rijsel werkt, ging verder met de fiets, ikzelf nam de trein richting Vieille Eglise.

Nous étions une cinquantaine de saisonniers à partir. Il fallait faire bonne figure mais c'était difficile de dire au revoir à ma femme et mes enfants... " Maman " était plus forte que moi ! Notre route nous emmenait d'abord à Tourcoing pour les formalités avec l'immigration et la signature du contrat de travail. Là-bas, c'était de la folie... Des saisonniers arrivaient de partout. Tous ceux qui travaillaient dans les environs de Lille, continuaient à vélo. Pour nous autres, c'était le train vers Vieille-Eglise. Quelle journée ! Quand on partait en campagne, on passait d'abord par Tourcoing pour accomplir les formalités au bureau de l'immigration et c'est là que s'établissaient les contrats de travail. Après on partait sur le lieu de notre activité. On était par équipes, chaque équipe tenait une sécherie On partait avec un baluchon sur le dos. Dans ce baluchon, on mettait un pantalon, des bottines, des chaussettes, une chemise, une jupette, un chapeau, du chocolat, des caramels, du tabac, du café, de l'aspirine, un crucifix et des bandelettes en cuir. Quand on arrivait à notre sécherie, on commençait par tuer un cochon, c'était la tradition. On mettait toute la viande dans du sel et on avait de quoi manger pour la saison.

Septembre ,... La récolte se prépare

September, de oogst wordt voorbereid

Quel bel été nous avons eu ! Juste ce qu'il faut de pluie, de soleil... mes chicorées sont belles, le rendement sera bon cette année! Septembre annonce la récolte et la mise en route de la sécherie. J'ai passé du temps dans mon séchoir... il faut que tout soit prêt pour quand les Belges seront là. J'ai tout nettoyé, vérifié les machines, je les ai huilées : la chaîne à godets, la vis sans fin, les cheminées... tout est en ordre. Avec l'eau du watergang tout proche et les vents d'ouest, la sécherie va tourner sans problèmes. Ma fabrique a été bien conçue, un savoir-faire belge... D'ailleurs c'est un certain Albert que j'ai recruté en Belgique à Lichtervelde... au café du Lion noir. Je pense qu'il sera bien chez moi, avec son équipe. Tout est nettoyé : les caniveaux, la maison, le hangar à cossettes... J'ai mis de la paillasse fraîche dans les matelas, commandé le coke, engraissé le cochon... On le tuera quand les Belges arriveront et on le mettra au saloir.

Wat hebben we een mooie zomer gehad! Net genoeg regen en zon ... mijn cichorei is mooi, de opbrengst zal goed zijn! September kondigt de oogst aan, ook de ast wordt opgestart. Ik heb al heel wat tijd doorgebracht in mijn ast ... alles moet immers klaar zijn als de Belgen aankomen. Ik heb alles schoongemaakt, de machines zijn gecontroleerd, ik heb ze geolied. De ketting, de schroef, de schoorstenen ... alles is in orde. Dankzij het water uit de nabijgelegen watergang en de westenwind zal de ast goed kunnen werken. Mijn ast is goed ontworpen, een Belgische knowhow ... Trouwens, het is een zekere Albert die ik in België heb aangeworven, in Lichtervelde ... in Cafe De Zwarte Leeuw. Ik hoop dat hij zich thuis zal voelen met zijn ploeg. Alles is opgeruimd: de goten, het huis, de schuur ... Ik heb de matrassen gevuld met vers stro, de cokes zijn besteld, en heb het varken vet gemest... Dat zullen we slachten en inzouten als de Belgen aankomen.







Aankomst aan de ast

Arrivée à la sécherie

Ik rook al van ver de geur van de gedroogde cichoreiwortels. Er waren al andere asten aan het drogen. René, mijn patron was dus zeer blij dat ook wij op post waren. Alles stond al klaar om morgen het zwijn te slachten. Dat is een traditie. De patron zorgt voor het varken, het vlees wordt gepekeld, en zo hebben we genoeg vlees voor de rest van de campagne. Onze'barak' is niet zoals thuis...maar we zijn hier om te werken, bijna zeven op zeven. De foto's van thuis hangen op. Ik heb er een kalender naast gehangen, waar ik de belangrijkste gebeurtenissen kan opschrijven. Moeder zal immers nieuwsgierig zijn... Morgen begint het werk. De cokes liggen al klaar. De eerste karren cichoreiwortels zijn aangekomen.

L'odeur des cossettes se répandait déjà. D'autres sécheurs travaillaient depuis plusieurs jours. René était content de nous voir, le travail allait pouvoir commencer. Pour célébrer notre arrivée, la coutume était de tuer ensemble le cochon. Une fois salée, la viande nous permettrait de manger des repas copieux durant quasiment toute la campagne. Le logement, la baraque comme nous l'appelions entre nous, était rudimentaire mais relativement fonctionnelle. Pas le temps de vraiment s'y attarder car nous allions travailler quasiment 7 jours sur 7 durant plusieurs mois : une paillasse pour se reposer, un emplacement pour quelques effets personnels et un calendrier indispensable pour ne pas perdre de vue la date du retour mais aussi pour noter les événements importants, un lien avec notre famille restée là-bas. Demain le travail commence. Le coke est livré, ainsi que les premiers chariots de chicorées.

Octobre la saison bat son plein

Oktober, het werk bereikt zijn hoogtepunt

Cette année, la moisson a été belle et la récolte des racines de chicorée le sera aussi car l'arrière-saison est clémente. Trop de pluie , nous pataugeons dans la boue et peinons à arracher les racines. Trop sec, c'est pareil, nous les cassons... Là c'est l'idéal. Il y a du monde dans mes champs... il faut dire que le travail ne manque pas! Les saisonniers, les gens du village... et même le petit Dominique, qui habite à côté de la sécherie et s'entend bien avec Albert, qui lui refile des tartines à l'graisse, eh bien, il manque encore l'école pour aider ses parents ! Tout se fait à la main... l'arrachage des racines avec la fourkète, le décolletage du feuillage au couteau, la mise en tas sur place, le chargement des beignots tirés par les chevaux... hommes, femmes, enfants... tous s'affairent. A la sécherie, il faut peser les charrettes, pleines, puis vides... prélever une petite quantié dans chaque arrivage pour faire la tare... évaluer la quantité de terre collée aux racines... c'est mon travail... je manipule les poids de ma balance avec précision... et ensuite je délivre le bon de pesée. Nous nous retrouvons ensuite chez Andréa, pour boire un canon et discuter après avoir conclu nos affaires. Bientôt, ça sentira bon dans tout le village... le séchoir fonctionnera sans arrêt jusqu'à Noël.

Dit jaar is de graanoogst goed geweest. Ook de oogst van de cichoreien zal goed zijn, want het naseizoen is mild. Als er teveel regen valt, ploeteren we in de modder en scheuren we de wortels. Te droog is ook niet goed, dan breken de wortels. Er werkt heel wat volk op mijn land ... er is immers werk genoeg! De seizoensarbeiders, de mensen van het dorp ... en zelfs de kleine Dominique, die naast de ast woont en goed met Albert kan opschieten. Die geeft hem brood met'smout'.De kleine jongen mist school om zijn ouders te helpen! Alles wordt met de hand gedaan ... de wortels worden uitgestoken met de vork,, het loof wordt afgesneden met een mes. Het stapelen ter plaatse, het laden van karren die getrokken worden door de paarden ... mannen, vrouwen, kinderen ... ze zijn allemaal bezig. Bij de ast worden de karren gewogen, eerst vol en dan leeg ... van elke lading wordt een kleine hoeveelheid afgenomen om het tarra te bepalen, het gewicht aarde dat aan de wortels vasthangt.... Ik weeg met heel veel zorg en overhandig dan de leveringsbon. Vervolgens spreken we af bij Andrea om iets te drinken en onze zaken te beklinken. Binnenkort zal het het hele dorp lekker ruiken ... de ast blijft continu werken, tot rond Kerstmis.







Het werk in de ast

Le travail à la sécherie

‘Godverdomme', werken in een ast is niet te onderschatten. De ast mag tijdens de campagne nooit stilvallen : de vuren moeten constant aangewakkerd worden, dus cokes moet tijdig aangevoerd worden. We werken in shiften van twee uur en wisselen elkaar continu af. Ik begin om twee uur 's nachts en los de waker van de nacht af. Ik draai de wortels op de platen en rond vier uur eet ik een boterham met'smout' of een schelle spek met een tas koffie. Alles wat we hier nodig hebben halen we met onze fiets naar een kruidenier vlakbij. De rest van de dag scheppen we droge wortels op, we stoken de vuren met cokes, we wassen de wortels en strooien ze uit op de hoogste plaat, tot 50 à 60 cm hoog. Door'vallen', openingen in de plaat, te openen vallen de wortels op de middelste en vervolgens op de laagste plaat. En intussen moet het vuur constant aangewakkerd worden. Er zijn 9 à 10 drooguren nodig, afhankelijk van de wind en de triage. De droge wortels moeten op het goede moment opgeschept worden. Als ze helemaal droog zijn, moeten we ze in zakken doen en dan weer uitgieten in het dépot.

Godverdomme ! Il ne faut pas sous-estimer le travail dans une sécherie. La sécherie fonctionne en continu: les flammes doivent être attisées continuellement et le charbon doit être livré en temps et en heure. Sans cette coordinnation le rendement ne sera pas suffisant et René ne sera pas content. Nous travaillons en équipes et faisons des services de deux heures. Les racines de chicorée sont récoltées, lavées, coupées puis étalées sur le plateau le plus haut de la sécherie (ou platine) par le biais d'une astucieuse chaîne à godets et le séchage peut commencer. En fonction du vent dehors et de la chaleur à l'intérieur, les cossettes doivent être poussées de la platine la plus haute vers la platine intermédiaire et de la platine intermédiaire vers la plus basse. Une fois complètement sèches, nous devons remplir les sacs et les vider dans le magasin à cossettes. Le travail était bien réglé. Je me levais à deux heures du matin pour prendre la relève de celui qui avait surveillé le feu pendant la nuit. Je tournais les platines, j'enlevais les escarbilles puis vers quatre heures trente je prenais du café avec une tartine avec du saindoux ou une tranche de lard. On allait acheter tout ce qu'il nous fallait à une petite épicerie où on allait à vélo. Toute la journée ensuite on enlevait les cossettes sèches, on rechargeait les feux avec du coke. On lavait les racines, on les portait en haut de la sécherie et on les étalait sur les platines sur 50-60 centimètres, on se repérait aux briques, ça faisait trois ou quatre briques de hauteur. Par des trappes que l'on ouvrait, on faisait descendre les racines sur la platine du bas. Entre temps, il fallait relancer le feu. Il fallait ensuite neuf à dix heures de cuisson mais ça dépendait du vent et du tirage. Selon le vent, ça allait plus ou moins vite, il fallait surveiller les cossettes et les retirer au bon moment. On les mettait en sacs ou on les stockait au magasin. On travaillait comme ça tous les jours jusqu'à vingt-deux heures avec des petites pauses pour manger. A vingt-deux heures on ralentissait le feu mais il ne s'éteignait pas : l'un de nous le surveillait.

Novembre, le magasin à cossettes se remplit

November, de loodsen vullen zich met gedroogde wortels

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas... mais la sécherie, elle, tourne. Du matin au soir, et du soir au matin. Sans discontinuer. Je suis très content d'Albert. J'ai trouvé en lui un excellent maître-sécheur et ses collègues, Joseph et Emiel sont aussi très sérieux. S'ils sont d'accord, je les reprendrai. Peu à peu, le magasin à cossettes se remplit. Albert est fier de son travail... les cossettes sont sèches mais pas brûlées, dit-il, avec son accent. Le rendement est bon cette année... 23 kg de cossettes sèches pour 100 kg de cossettes crues. Au fur et à mesure des commandes, je fais faire des sacs de 80kg et charger le camion pour les emmener soit à la gare d'Audruicq ou du Pont d'Oye, soit au canal, où les sacs sont vidés dans la péniche. Je livre Lestarquit, Leroux, à Bourbourg ou Orchies...

De dagen volgen elkaar op en zijn steeds anders ... maar de ast blijft altijd werken. Van's morgens tot's avonds, en van's avonds tot's morgens. Zonder stoppen. Ik ben erg blij met Albert. Hij is een uitstekend meesterdroger en zijn collega's, Joseph en Emiel, werken ook goed. Als ze willen, neem ik ze volgend jaar terug aan. Geleidelijk aan wordt de stapelplaats gevuld. Albert is trots op zijn werk ... de bonen zijn droog maar niet verbrand, zegt hij, met zijn Vlaamse accent. De opbrengst is goed dit jaar ... 23 kg gedroogde bonen voor 100 kg rauwe chips. Afhankelijk van de bestellingen, laat ik zakken vullen van 80 kg. Die worden op een vrachtwagen geladen en naar het station van Audruicq gebracht. Of naar de brug van Oye, aan het kanaal, waar de zakken in een schip worden leeggegoten. Ik lever aan Lestarquit, Leroux, in Bourbourg of Orchies ...




De samenwerking en werkomstandigheden in de ast

La coopération et les conditions de travail dans la sécherie

We hebben geluk. We hebben een goeie ploeg. En dat is belangrijk als je 24 op 24 moet samen leven en werken. We denken soms in de'boyau-de-la-mort' te zitten... De hitte is niet te onderschatten. Voor het doorsteken van de wortels staan we in temperaturen van meer dan 50 graden. Je zou ons moeten zien : met enkel een rokje aan, zeesavatten en een klakke. De gassen van de cokes dringen overal door. Soms moet ik naar buiten lopen om wat frisse lucht te snuiven. Maar buiten is het koud. We bibberen soms over heel ons lijf. Verkoudheden tijdens de campagne slepen altijd aan. Wie van wacht is, moet goed zorgen voor de vuren. Het zou niet de eerste keer zijn dat een ast afbrandt...soms slepen we gewoon onze matras mee naar'den duiker', de gang bij de vuren, maar we moeten natuurlijk wel wakker blijven ! Niet te onderschatten.... En telkens we een afgewerkt voer kunnen deponeren, doen we een ferme scheut cognac in onze koffie. Dat helpt trouwens ook om de'cafar', de heimwee, te verdringen. In al die jaren heb ik dingen zien veranderen. Een eerste verbetering was de verluchting. Het was een goed idee om de ast beter te verluchten, want al die stoom veroorzaakte damp aan het plafond die dan naar beneden druppelde. Dat was echt een probleem. Er veranderde toch ook veel in ons dagelijkse leven. Eerst logeerden we in echte barakken, met een aarden vloer. Er waren er zelfs die tussen de zakken op de planken naast de platen sliepen. Later werden de logementen verbeterd. Ook wat hygiëne betreft was er niet veel : we hadden maar twee wasteilen voor alles en iedereen. De ene gebruikten we om onze voeten te wassen, de andere voor de rest van ons lichaam. Ook onze keuken was minimaal : we bakten onze frieten in een mazoutvat dat in twee gedeeld was. We gebruikten alleen regenwater. Later kwam er een brouwer die ons bier, wijn en water leverde. In vele asten was er ook een klein huisje, maar dat was eerder een verblijf voor ratten...ik heb er eens een jaar 17 gepakt in één maand tijd...

Nous avons de la chance. Nous sommes une bonne équipe: ce qui est très important car on doit vivre ensemble jour et nuit! Parfois, nous avons l'impression de vivre dans le boyau de la mort, la chaleur est si intense. Quand nous retournons les cossettes, nous nous trouvons à une température de plus de 50°C. Il faut nous voir: nous portons seulement une jupe, des pantoufles de mère et une casquette. Les fumées du charbon pénètrent partout. Parfois, je dois sortir afin de respirer un peu d'air pur. A l'extérieur, il fait froid. Dans cette tenue, avec de telles conditions de travail, difficile de ne pas être malade. Nous tremblons comme des feuilles. Il se dit qu'un saisonnier n'a qu'un rhume pendant la campgane, il démarre au début et se termine à la fin. Celui qui est de garde doit surveiller le feu. Ce ne serait pas la première fois qu'une sécherie brûle. Parfois nous mettons notre matelas dans le tunnel près des feux, mais nous ne pouvons pas dormir. Ce n'est pas évident... Et chaque fois que nous passons la garde au suivant, nous ajoutons une bonne lichette de cognac dans notre café. ça aide à oublier que l'on est loin de la famille et on a moins le cafard. Au fil des années peu à peu j'ai vécu des changements. Le premier changement important ce fut au niveau de la ventilation. L'idée de mieux ventiler la sécherie, c'était une bonne idée parce qu'auparavant, le manque de ventilation provoquait de la vapeur d'eau. La vapeur d'eau collait au toit et retombait, c'était un vrai problème. Il y a eu beaucoup de changements dans la vie quotidienne des saisonniers. Au départ, certains ouvriers logeaient dans des baraques au sol en terre battue avec des murs en torchis qui suintaient beaucoup. Certains étaient même logés près des platines, ils dormaient sur des planches entre les sacs. Puis les logements se sont améliorés. En matière d'hygiène, je me souviens : c'était la galère ! On avait en tout et pour tout deux bassins pour se laver. L'un servait pour laver les pieds et l'autre pour le reste du corps. Pour la cuisine aussi ce n'était pas le luxe. On faisait les frites dans un bidon d'essence que l'on avait coupé. Pour la cuisine comme pour le reste on utilisait l'eau de pluie ... Puis, plus tard un brasseur passait nous livrer de la bière, du vin et de l'eau. Dans beaucoup de sécheries il y avait une maison ou une pièce pour nous, accolée à la sécherie. Mais cette pièce ne servait que pour nous. C'était souvent le domaine des rats ... Une année je me souviens j'en ai tué dix-sept en un mois !




De banden met het thuisfront

Les liens avec la famille à la maison

Er is veel veranderd voor ons sinds'pasterke' bij ons langs kwam. Hij bezocht ons elk jaar en bracht nieuws van thuis. Of men nu gelovig is of niet, iedereen kijkt uit naar zijn komst ! Zelf stak ik altijd een kruisbeeld in mijn baluchon dat ik ophing in de barak. Ik bad dat het mijn vrouw en kinderen zou goed gaan tijdens mijn afwezigheid. Naar de wekelijkse mis gaan was niet mogelijk. In Audruicq was er elk jaar wel een dienst voor de Belgische werkmannen en hun families. Daar gingen we heen, maar niet iedereen. De ast moest immer blijven werken... Tijdens de campagne leggen het syndicaat en pasterke een bus in zodat onze families een bezoekje aan onze ast kunnen brengen. Die bus stopte aan elke ast, zodat onze vrouwen hun echtgenoot konden bezoeken. Een schone zaak ! Moeder bevoorraadt onze kasten met allerlei lekkers en voor een dag wordt onze kleine keuken omgetoverd tot een restaurant. Bezoek krijgen doet altijd deugd. We hebben wel onze dagelijkse gazet, maar het horen van het thuisfront zelf, is nog wat anders ! Ik ben getrouwd in 1956 en heb mijn eerste campagne gedaan in 1957. Mijn vrouw kon niet begrijpen dat ik voor zo lang zou weggaan, en we waren nog maar net getrouwd ! Bovendien hadden de seizoenarbeiders geen goede naam : ze zouden zatlappen zijn en vrouwenzotten, maar ik was zeker niet zo. Ik deed een campagne alleen voor de goede verloning. Gisteren hadden we een schone dag ! Feest in Loon-Plage. We hebben ferm genoten, samen met pasterke Jaeger en we hebben nog een paar afspraken kunnen maken met Léon van het syndicaat. In Loon hebben we veel astemannen teruggezien die ook in de streek werken, de kerk zat bomvol en pasterke gaf een preek die ons diep raakte. Nadien hebben we een goeie pint gedronken, en genoten van het spektakel in de grote zaal van Loon. Er waren heel wat wielervedettes, waaronder Rik Van Steenbergen en Gilbert Desmet. Wat zijn we gelukkig met de hulp van het syndicaat. Als er discussies zijn, als de afrekening niet klopt, of als we de juiste documenten nodig hebben om naar huis te keren, bemiddelen zij voor ons.

Un grand changement pour nous, c'est aussi quand on a vu arriver le curé ! Il est venu nous voir à la sécherie et tous les ans il repassait. Il donnait des nouvelles de chez nous. Son passage était apprécié que l'on soit croyant ou pas. Il était du pays ! Ensuite, il a organisé les excursions qui permettaient à nos familles de venir nous voir. C'était un changement important pour nous. Personnellement je mettais toujours un crucifix dans mon baluchon et je l'accrochais dans le baraquement en arrivant. Je lui parlais à ce crucifix. Je lui demandais de s'occuper de ma femme et de mes enfants pendant que j'étais parti. On n'avait pas le temps d'aller à la messe chaque dimanche mais chaque année à Audruicq il y avait une messe pour les ouvriers belges et pour leurs familles. A celle-là, on y allait. Mais attention on n'y allait pas tous car il fallait toujours que sur chaque sécherie il y en ait un qui reste pour surveiller le feu. De temps en temps, on écrivait à la famille et puis le curé a un jour organisé des excursions. Un dimanche alors un autocar arrivait faisait le tour des sécheries en déposant les femmes qui retrouvaient leurs maris... Je me suis marié en 1956 et j'ai fait ma première campagne en 1957. Il y a eu une grosse dispute à la maison, car ma femme ne comprenait pas que je parte aussi longtemps sans revenir alors qu'on était tout juste mariés ! Il faut dire que les saisonniers belges avaient mauvaise réputation en Belgique, on les disait buveurs et coureurs de jupons. Ce n'était pas mon cas. J'y suis allé pour l'argent parce que ça rapportait vraiment. J'ai commencé à travailler à l'âge de quatorze ans dans le lin puis aux chemins de fer. Je savais ce qu'on m'offrait pour une campagne de chicorée, il n'y a pas photo il fallait y aller. Hier, nous avons passé une belle journée! Fête à Loon-Plage. Nous nous sommes réjouis ensemble avec l'abbé De Jaeger. Nous avons aussi pu discuter avec Léon du syndicat. A Loon-Plage, nous avons revu beaucoup de saisonniers qui travaillent aussi dans la région. L'église était pleine à craquer et l'abbé a fait son sermon qui nous a vraiment touchés. Après, nous sommes allés tous ensemble boire une bonne bière et avons avons enchainé avec le spectacle dans la grande salle à Loon. Il y avait beaucoup de champions cyclistes, dont Rik Van Steenbergen et Gilbert Desmet. Avec l'aide du syndicat la vie apparait plus facile à supporter loin des nôtres. Ils jouent un rôle crucial d'intermédiaire: s'il y a des discussions, si le décompte n'est pas juste ou si nous avons besoin de documents pour le retour à la maison, nous pouvons compter sur eux. Le syndicat et "pasterke" organisent aussi un bus pour que nos familles puissent nous visiter. Très vite les saisonniers décidèrent de créer un fond de solidarité en cas d'accident. Je les ai aidés à créer la structure qu'il fallait pour ce genre de fonds en élaborant des statuts spécifiques. Pour grossir ce fonds ensuite tout était bon : des tombolas, des courses cyclistes, de la boxe. A chaque fois qu'une question se posait la réponse c'était " l'abbé ". Qui va conserver l'argent ? L'abbé. Qui va donner l'argent ? L'abbé. Qui va contrôler l'argent ? Le bon Dieu ! Ce fut un grand moment de solidarité. Donc j'ai assumé une fonction d'accompagnateur d'œuvres sociales et ce fonds a été bien utile car il y a eu des blessés et aussi des morts parfois. Mon rôle de curé sur place consistait aussi à écouter. Ce n'était pas rose tous les jours. Ils me disaient souvent : " Pourquoi une telle vie, l'abbé ? Pourquoi nous, ici ? ". Mais les réponses avaient beaucoup d'importance. Qu'ils aillent à l'église ou pas, ils m'appréciaient beaucoup. Sur place en Belgique, j'avais un autre rôle, celui de visiter les familles pour les rassurer par rapport à tout ce que l'on racontait. C'était terrible pour les familles. Des mauvaises langues leur disaient " Ton homme est parti en France ! T'inquiète pas pour lui. Il a de quoi boire et en France il a de quoi s'occuper question femmes ! " Bref, avec toutes ces rumeurs, les familles de saisonniers étaient souvent déboussolées. Elles étaient contentes d'avoir des nouvelles et que je les rassure sur les leurs. Un beau jour, j'ai eu l'idée de l'excursion. C'est-à-dire que je louais un car et on partait avec les femmes et les enfants. Le car les déposait à la sécherie où travaillait le fils ou le mari et on les reprenait le soir. Neuf mois après parfois, on percevait les effets de l'excursion ! Mais je ne regrette pas, c'était une bonne rupture dans leur train de vie pas marrant. Entre Noël et Nouvel An, je me souviens être allé, par exemple, à une sécherie de Oye-Plage. Ils étaient tous là j'apportais des cartes de leurs familles avec Joyeux Noël et des étoiles dessus. A un autre, je donnais un papier sur lequel, la mère et les enfants avaient simplement écrit Joyeux Noël. Qu'ils soient jeunes ou plus vieux, tous pleuraient. J'étais là simplement pour leur dire : " Je suis là avec vous, je ne vous laisse pas tomber. Je viens vous dire que l'on pense à vous... " Comme expérience de curé c'était dur, ça me prenait aux tripes à chaque fois. Une autre fois, il y avait une sécherie près du canal de Bourbourg assez difficile d'accès et je n'ai pas eu le temps d'y aller. Une fois rentré de ma tournée, je reçois une lettre des cinq ouvriers oubliés : ils se plaignaient de ne plus exister à mes yeux, car je n'étais pas passé les voir. J'ai aussitôt pris la voiture et je suis allé direct à la sécherie. J'avais encore la soutane et le chef d'équipe était occupé à la machine. Avec le bruit que cela faisait il ne m'a pas entendu. Alors je frappe sur son épaule. Il me raconte alors qu'ils avaient su que je faisais ma tournée ; chaque jour, ils apprenaient où j'étais et se disaient : " Il va passer. " et je ne suis pas venu. " Alors on a écrit. ", m'a-t-il dit. Ce grand type me dit : " Tu sais, curé, mon frère s'est noyé ici dans le canal. Il est enterré ici. " J'en avais le souffle coupé. La plupart de ceux que je visitais, même les non croyants venaient à la messe et ils étaient contents de me voir quand je passais. J'étais toujours bien reçu. Ma femme me réapprovisionne avec de bonnes choses du pays et pour une journée notre petite cuisine se transforme en un petit restaurant plein de vie. Cette visite nous fait du bien au moral. Nous avons régulièrement des nouvelles avec les lettres ou le journal, mais pouvoir serrer les siens dans ses bras, c'est toute autre chose !

Het einde van de campagne

Fin de la campagne

Kerstdag is in zicht. We hopen dat we het werk hier op tijd afhebben. In ieder geval zijn we de bonen al in zakken aan het doen met de boer. Ik denk dat de verdienste goed zal zijn. Hij heeft ons al gezegd dat de kwaliteit van onze gedroogde bonen perfect is ! Moeder en de kinderen zullen content zijn... Ik heb al zitten denken waar ik het geld zal verstoppen tijdens de terugreis. Ik ben fier dat we het tot een goed einde gebracht hebben. Het was hard labeur, maar onze groep en de verdienste doen proeven naar meer. Als ze me volgend jaar nog willen, kom ik terug ! Tot slot : Soms was het werk nog niet klaar op Kerstdag. Men bouwde dan een feestje in de ast en de patron bracht extra lekkers. Het gebeurde zelfs dat een campagne duurde tot februari. Het werk in de ast kwam altijd op de eerste plaats. Er was niet veel ontspanning. Op zondagnamiddag vertraagde men soms de vuren. Eén iemand hield de wacht en de anderen konden met de fiets naar de kruidenier rijden of naar het café om een pint te drinken. De rekening werd genoteerd en de patron betaalde, ook voor het bier, de wijn of genever. Er werden gemiddeld 23 kilo bonen gewonnen uit 100 kg wortels. In een goed jaar kon dat tot 27 kg bonen oplopen. Men werd betaald per zak van 100 kg. Een voorbeeld : In 1970 kreeg men halfweg de campagne 72.000 Belgische Franken en hetzelfde bedrag als het werk gedaan was. In totaal werd voor 9 weken werk 144.000 frank. Dat moest men met twee delen. Men verdiende dus ongeveer 8.000 Frank per week. Dat was veel geld in die tijd ! De zware arbeid was snel vergeten... Bij thuiskomst bakte de vrouw frieten, hoewel het niet altijd gemakkelijk was om zich weer aan te passen aan het familiale leven. De mannen waren dat niet meer gewoon na een lange campagne ! De syndicaten onderhandelden met de bazen over de contracten. 85% van de seizoenarbeiders waren aangesloten bij het christelijk syndicaat, de rest bij het socialistisch syndicaat. Bij ziekte of ongeval was er niet veel geregeld. Ook in verband met veiligheid en hygiëne was niet veel geregeld voor de astemannen. Men werkte continu in temperaturen van 50 graden en men ademde de dampen van de cokes. Dat was zeer belastend voor de longen. Om dat te compenseren werkten vele astemannen de rest van het jaar in open lucht.

Noël approche. Nous espérons finir le travail dans les temps. En tout cas, nous mettons déjà les cossettes en sacs tous ensemble, avec le patron. Je pense que mon boulot me rapportera un bon salaire. Le patron nous a dit que la qualité était excellente. "Maman" et les enfants seront contents... J'ai déjà pensé où j'allais pouvoir cacher l'argent pendant le voyage de retour. Je suis fier du travail accompli. C'était dur, mais l'équipe et la paie donnent envie d'y retourner. S'ils me veulent encore l'année prochaine, je reviendrai ! Il arrivait qu'à Noël la campagne ne soit pas finie. On restait à la sécherie en faisant une petite fête entre nous et le patron nous apportait un extra c'était un coup de " bistouille " ou un lièvre le plus souvent. Certaines campagne ont duré jusqu'en février ! La sécherie c'était la priorité et la fierté du travail bien fait ! On n'avait pas beaucoup de distraction. Le dimanche après-midi seulement, on s'arrangeait pour lever un peu le pied. On mettait le feu au ralenti. Il y en avait un qui restait pour surveiller le feu et les autres pouvaient partir à vélo environ quarante minutes. Ils allaient au café. Les patrons étaient " sympas ". On allait chez le boulanger ou à la boutique pour faire les provisions. La boulangère ou la commerçante notait sur un compte ce que l'on prenait et c'est le patron qui payait y compris la bière, le vin et l'eau de vie. On était payé au sac de cent kilos de cossettes. Pour le travail que l'on faisait, en 1970, par exemple, on était payés au milieu de la campagne : 72000 francs belges et à la fin on devait normalement recevoir le solde : 72000 francs belges également mais ce montant n'a, en fait, été payé qu'en mai 1971 ! Au total, pour neuf semaines de travail, ça faisait donc 144000 francs belges à partager avec celui avec qui je travaillais car on était deux ouvriers. On gagnait donc à peu près 8000 francs belges par semaine*. C'était quelque chose en ce temps- là. On oubliait les mois passés et l'énergie dépensée et la femme était contente. Elle faisait une belle portion de frites à notre retour mais on n'était plus habitué à vivre en ménage et en famille, ce n'était parfois pas facile de reprendre cette vie familiale. On était devenus indépendants et déphasés. *Conversion francs belges (BEF) en francs français (FRF) puis en euros (€) : 1 € = 40,339 BEF et 1 € = 6,559 FRF (En 1970 : 10 000 BEF = 1626 FRF ou 247,89 € et 8000 BEF = 1300 FRF ou 198,18 €.) On avait des syndicats. C'est le syndicat qui négociait les contacts avec les patrons. 85% des ouvriers saisonniers étaient au syndicat chrétien. Les autres étaient au syndicat socialiste. Le syndicat s'occupait seulement des contrats de travail. Si on tombait malade, on n'était pas pris en charge. De même en cas d'accident, fallait se débrouiller par nous-mêmes. Puis peu à peu la législation française a fait que l'on était pris en charge mais on ne savait pas trop comment. Comment être ramené en Belgique si on était malade ? Comment ça se passait en cas d'accident ? Ce qui est sûr c'est qu'on a vécu toute cette histoire sans trop de conditions de sécurité... L'hygiène et la santé, ce n'était pas la préoccupation première quand on travaillait en saison à la sécherie. On était toujours à des températures d'environ 50°c sur les platines et on respirait le gaz de coke. On passait du chaud au froid sans cesse en plein hiver ! Un médecin belge a un jour examiné douze sécheurs avant et au retour de leur campagne. L'intérieur de leurs poumons était plus que jaunes, complètement ocres. Ce médecin leur a dit : " heureusement que ça ne dure pas douze mois la campagne sinon vous seriez vite morts. " Pour compenser, on travaillait souvent en plein air le reste de l'année ... En moyenne, on réussissait à faire 23 kilos de cossettes pour 100 kilos de racines. Une bonne année, par exemple on a réussi à faire en moyenne 27 kilos de cossettes pour 100 kilos de racines.

Ma sécherie une nouvelle vie...

mijn droger een nieuw leven

Aujourd'hui, ma sécherie ne fonctionne plus et cela depuis la fin des années 70. Cela m'a rendu triste mais je n'ai rien pu y faire. Economiquement, ce n'était plus viable. Quand Leroux est devenu sécheur, toutes nos petites sécheries artisanales ont fermé les unes après les autres. On lui en a voulu ! Cependant, j'ai toujours continué à entretenir mon bâtiment. La chicorée, le séchage des cossettes, c'est une partie de mon histoire que je ne pouvais oublier. Et puis, en 2001, ce fut pour moi une grande surprise de voir que tout un groupe de personnes, issues du Comité de pays, s'intéressait à ce patrimoine agricole particulier. Alors je me suis rallié à leurs initiatives. Dès la première Fête de la Chicorée, j'ai mis à disposition ma sécherie, en l'état, bien sûr. Il s'en est passé des choses alors ! Les bénévoles de l'association Des Racines et des Hommes ont investi les lieux, pour faire visiter le site, proposer des petits spectacles sur les platines puis à l'extérieur sous chapiteau. Ils nous ont tous interviewés : agriculteurs, patrons-sécheurs, sécheurs belges... cela a donné naissance à un livre. Leur imagination, leur passion étaient sans limites... alors ils ont créé la Confrérie de la Cossette de Chicorée, dont je suis un membre fondateur; puis un géant est né, à l'effigie d'Albert, mon ouvrier sécheur belge; et puis ils ont renoué des liens avec la Belgique, l'abbé Joris De Jaeger, les ouvriers sécheurs, et un jumelage a vu le jour. Peu à peu, mon rêve se concrétisait. Ma sécherie a été rachetée par la commune de Vieille-Eglise et allait faire l'objet d'une restauration. Le maire a fait des démarches, a demandé des subventions...En 2015, les travaux commençaient. En juillet 2016, les premiers visiteurs découvraient ma sécherie comme toute neuve ! Quelle fierté pour moi ! René et Albert nous ont tous deux quittés fin 2018. En 2019, les projets ne manquent pas : deuxième tranche des travaux, aménagement des extérieurs, activités spécifiques pour les enfants, logiciel d'inventaire, un Escape game, un projet Interreg avec Lichtervelde (musée virtuel, Web Doc)... La sécherie est toujours propriété de la commune de Vieille-Eglise mais elle est rentrée dans le domaine de compétences de la Communauté de Communes de la Région d'Audruicq en tant qu'équipement touristique.

Sinds het einde van de jaren '70 werkt mijn ast niet meer. Ik ben er verdrietig om, maar kon er niets aan doen, hij was immers niet meer rendabel. Toen Leroux ook droger werd, sloten al onze kleine ambachtelijke asten, de een na de ander. We hebben het hen heel kwalijk genomen! Ik ben mijn gebouw echter altijd blijven onderhouden. De cichoreiwortels, het drogen van de chips, het is een deel van mijn verleden en ik zal het nooit kunnen vergeten... Het was een heel grote verrassing, toen in 2001 een groep geïnteresseerden zich wilde inzetten voor dit agrarisch erfgoed. Ik ben heel snel op hun kar gesprongen! Al sinds het eerste Feest van de Cichorei heb ik mijn ast ter beschikking gesteld. Sindsdien is er heel veel gebeurd. De vrijwilligers van de vereniging'Des Racines et des Hommes' hebben in de site geïnvesteerd zodat ze kan bezocht worden. Er worden kleine voorstellingen gegeven op de platen en buiten in een tent. We werden allemaal geïnterviewd: boeren, patroons van de asten, Belgische astemannen. Er werd zelfs een boek over geschreven! Maar hun creativiteit en passie kende geen grenzen. Ik ben stichtend lid van een opgerichte broederschap'la Confrérie de la Cossette de Chicorée'. Later werd er een reus gemaakt, naar het voorbeeld van Albert, mijn Belgische asteman. En dan zijn de banden met België hernieuwd. Met'Pasterke' Joris De Jaeger, met de seizoensarbeiders astemannen en er ontstond een officiële verbroedering tussen onze gemeenten. Beetje bij beetje werd mijn droom werkelijkheid. Mijn ast werd aangekocht door de gemeente Vieille-Eglise en werd gerestaureerd. De burgemeester ondernam belangrijke stappen en zorgde voor subsidies. De werken konden uiteindelijk starten in 2015. Vanaf 2016 ontdekten bezoekers mijn hernieuwde ast. Wat was ik trots! René en Albert zijn ons beiden ontvallen eind 2018. Ook in 2019 liggen de werken niet stil. Er is een tweede fase van de restauratie aangevat. De omgeving van de ast wordt aangepakt. Er zijn activiteiten met kinderen gepland. Er wordt een inventaris opgemaakt. Er komt een 'escape-game'. Samen met Lichtervelde is er een Interreg-project opgestart. Er komt een website en een webdocumentaire. De ast blijft eigendom van de gemeente Vieille-Eglise, maar maakt nu ook deel uit, als toeristisch erfgoed, van de bevoegdheden van de Gemeenschap van gemeenten van regio Audruicq.


Copyright : CCRA - LICHTERVELDE